Un rapide avant-match de France-Chine

A 18 heures demain, à la Réunion, la France disputera son troisième et dernier match de préparation à la Coupe du Monde face à la Chine, équipe réputée beaucoup plus faible (et par ailleurs non qualifiée pour le Mondial). Après la victoire plutôt encourageante face au Costa-Rica (2-1) et le nul un peu inquiétant en Tunisie (1-1), Raymond Domenech devrait reconduire le même système et les mêmes hommes.

Après avoir tout chamboulé à la veille du premier match – et probablement en raison du forfait de Lassana Diarra – en abandonnant son ennuyeux 4-4-2 pour un 4-3-3 que beaucoup demandaient, Raymond Domenech a tenté un pari risqué dont il est possible aujourd’hui de tirer un premier bilan.

La suppression du deuxième milieu défensif en faveur de deux milieux axiaux techniques a indéniablement permis de libérer le jeu au milieu du terrain, de faire exploser la créativité des joueurs et d’aligner Ribéry en même temps que Malouda. Sur les deux derniers matches, il est indéniable que les Bleus ont retrouvé une vraie volonté d’aller de l’avant, et on a même assisté contre le Costa-Rica à quelques mouvements franchement jolis. De même, les volumes de jeu impressionants de Toulalan, Gourcuff et dans une moindre mesure Malouda permettent une récupération rapide du ballon et une possession tranquille et sereine. D’autre part, il faut bien l’admettre, un côté gauche Evra, Malouda, Ribéry a des allures de meilleur du monde.

On espère que tout cela va continuer demain et que, face à une équipe plus faible que les deux précédentes, l’équipe de France saura se rassurer et travailler les automatismes. Bon, mais il reste des problèmes à propos desquels il va falloir rester vigilants.

D’abord, lors des deux premiers matches, les Bleus ont pris un but en début de match et, en règle générale souffrent à chaque début de mi-temps. Plus que pour un manque de concentration, je penche pour un manque d’adaptation à la nouvelle tactique. Encore à la recherche de repères, les joueurs ont besoin d’une bonne dizaine de minutes pour retrouver leur place. Cela sera corrigé avec le temps – mais le temps presse.

Plus généralement, il faudra surveiller la charnière centrale de la défense. Gallas et Abidal ont peu joué cette saison et n’ont clairement pas rassuré lors de leurs dernières sorties. Si des progrès ne sont pas constatés demain, il y aura lieu de s’inquiéter. De même, il faudra garder un oeil sur Patrice Evra, dont l’esprit est irréprochable et l’envie palpable (peut-être un peu trop) mais qui a tendance a beaucoup trop monter, laissant derrière lui un vide béant que ni Malouda ni Abidal ne parviennent à combler.

Enfin, il y a Nicolas Anelka. Qu’il évolue à droite dans l’ancien 4-4-2 ou dans l’axe dans l’actuel 4-3-3, l’attaquant de Chelsea a fait preuve d’une fâcheuse tendance à dézoner. Il descend très bas pour récupérer le ballon et ne pèse pas sur les défenses. Dans une telle configuration, l’équipe de France a besoin d’un pur attaquant de pointe, capable de se débrouiller seul, capable de se faire oublier et de taire sa frustration de jouer 9 ballons dans le matches, et capable de la mettre au fond quand une occasion se présente. J’ai une grosse préférence pour Gignac ou Cissé dans ce rôle mais Anelka aura l’occasion de montrer demain qu’il a compris qu’il ne peut continuer de pourrir à ce point le système dans son ensemble, quand bien même il n’exprimerait là qu’une envie débordante de bien faire.

Advertisements
%d bloggers like this: