Les paradoxes de la formation parisienne

Malgré des résultats corrects en équipes de jeunes (par ailleurs souvent présents en sélection), malgré que le club se targue sur son site internet d’avoir “été classé en catégorie 1 et classe A ces dernières saisons” par la Fédération française de football symbole de “la réussite de la formation parisienne“, le Paris-Saint-Germain n’a jamais été un club formateur. Preuve nous en est donnée par le site lui-même qui a établi la liste des 72 joueurs formés par le PSG qui ont disputé au moins un match de L1 avec le club.

Seul le nom d’Anelka retient véritablement l’attention. Il est le seul à s’être approché du statut de “grand joueur” – avec les frasques et les bas qu’on connaît. Parmi les autres figurent un certain nombre de joueurs de Ligue 1 (ou d’autres championnats) tout à fait honnêtes comme Jérôme Leroy, Sylvain Distin, Lorik Cana, Youssouf Mulumbu… mais c’est tout. Une large partie a même carrément disparu de la circulation. Les dernières réussites en date s’appellent Mamadou Sakho et David N’gog. Mais aucun des deux n’a encore explosé.

Toutefois s’il est clair que le club peine à capitaliser sur le vivier de jeunes joueurs qu’il possède, il est difficile de déterminer ce qui coince exactement. S’agit-il du repérage initial, effectué très en amont ? S’agit-il de la formation et de l’accompagnement des jeunes ? Ou est-ce encore une mauvaise utilisation des talents une fois qu’ils ont éclos ?

A priori ce n’est pas le potentiel qui manque au club de la capitale. Seul club majeur régnant sur la région la plus peuplée de France (près de 11 millions d’habitants soit près du sixième de la population française!), il est simplement incompréhensible que Paris ne sorte pas plus de joueurs alors qu’elle possède et de loin le potentiel le plus formidable de talents. Or combien de joueurs nés en Ile de France et formés ailleurs ? Certes les recruteurs parisiens ne sont pas les seuls à scruter la grande couronne mais si Paris veut redevenir un grand club, il est primordial qu’il reprenne la main sur son propre terrain.

Bien que déficiente dans le repérage des jeunes pousses franciliennes, Paris n’a de toute façon jamais réellement manqué de joueurs prometteurs. La saison 2006/2007 en est un bel exemple : une génération que l’on décrit comme dorée est sensée assurer un avenir radieux au PSG : Clément Chantôme, Youssouf Mulumbu, Larrys Mabiala, Mamadou Sakho, Boukary Dramé et Grandi N’Goyi signent leur premier contrat pro. Quatre ans après, faisons un petit bilan :

Chantôme a peu à peu disparu de la circulation au départ de Le Guen. Il est resté dans l’effectif mais cire le banc la plupart du temps. Il a été quelquefois aligné par Antoine Kombouaré cette saison mais a été plutôt décevant en règle générale malgré quelques très bonnes apparitions. Chantôme est annoncé sur le départ pour le prochain mercato contre une indemnité de transfert de 5M € demandée par le club. Personnellement, j’en suis très triste, j’adore ce joueur.

Mulumbu, un temps suivi par de grands clubs (dont Manchester United) est finalement prêté avec option d’achat la saison dernière à West Bromwich alors en deuxième division anglaise. Le club remonte en Premier League et lève du même coup l’option d’achat.

Mabiala s’est engagé en juin dernier avec l’OGC Nice pour 4 ans.

Sakho est la grande satisfaction de la formation parisienne de ces dernières années. Leader-né et défenseur très solide qui pourrait bien finir par s’incruster chez les Bleus, il a porté le brassard de capitaine à 17 ans et 8 mois lors de sa première titularisation avec les pros, ce qui fit de lui le plus jeune capitaine de Ligue 1 de l’Histoire. Auteur d’une saison honnête entâchée par quelques erreurs de concentration et de facilité, Sakho a néanmoins un statut largement supérieur à celui de ses autres camarades de promo.

Dramé a refusé de renouveler son contrat fin 2007 et s’est engagé à Sochaux pour une indemnité estimée à 1,2M€.

N’Goyi a eu droit à quelques apparitions (16) cette saison, souvent pour remplacer Makélélé. Entre la prolongation de contrat de ce dernier et la quasi-officialisation de l’arrivée de Bodmer, il est logiquement annoncé sur le départ et a déjà plusieurs prétendants.

Au final, le bilan est très mitigé. Un joueur a solidement intégré l’équipe-type, Sakho, deux figurent dans l’effectif mais sont annoncés partants (N’Goyi, Chantôme), les autres sont tous partis. Cet été de nouveaux départs sont envisagés : Sankharé, Partouche, Barrada. Bref, appelons un chat un chat : c’est un échec.

C’est donc bel et bien dans le dernier palier que les jeunes Parisiens semblent patiner, lors de la phase de “confirmation“, point qui à mon sens devrait être la priorité des dirigeants parisiens, car se passer du potentiel énorme d’un Chantôme est un gâchis déplorable. Cela dit le club va avoir l’occasion de se racheter… une autre génération arrive.

Le PSG a en effet remporté le championnat de France 2009/2010 des moins de 19 ans et elle a échoué de justesse (aux tirs au but) en finale des moins de 17 ans après avoir survolé son groupe en terminant premier à 19 points (!) du deuxième Guingamp. L’équipe de CFA a elle aussi atteint les playoffs. Paris possèderait, en outre, dans ses rangs, un gardien au potentiel immense, un certain Alphonse Aréola que j’ai vu évoluer avec les U20 français et qui m’a bien plu. Une occasion de se rattraper pour le club de la capitale.

Advertisements

One Response

  1. In the Bordeaux podcast today (which I will have up tomorrow), I talked a little about the PSG youth program, and how they (along with Bordeaux and Lyon) produce good young players.

    The only problem is that they don’t seem to want to play these players in Ligue 1 competition and instead just buy old players. They need to give these youngsters a chance, and it is nice to see that some of them do.

    As far as Paris being a large market, I wish that Paris FC would tap into that market. I figured they could find 20 good, young players and transform their team. Hell, PFC has the location and the stadium to be a Ligue 1 team, but just can’t seem to get it together.

Comments are closed.

%d bloggers like this: